Les actus du COPS91

Cécile et Anne ont récemment participé à la O'Castor, un des plus gros événements de l'année en Ile de France, célèbre notamment pour la longueur des circuits. Retour sur leur journée, par Cécile :

Anne et moi sommes parties de bon matin en direction de Feucherolles dans les Yvelines pour participer à la O’Castor. Nous avions choisi le circuit D de 9,8 kms avec 15 balises à trouver.
Obligées de nous garer un peu loin dans le parking secondaire, c’est donc au petit trot que nous rejoignons le gymnase pour retirer nos dossards, dans la seule file d’attente qui n’avance pas. Le stress monte car on est à 20 mn du départ et on entend au micro qu’il faut se dépêcher car il faut 20 mn pour rallier le départ.
Trop couvertes, nous nous débarrassons d’urgence des gants et d’une couche de vêtement. Pas le temps de réfléchir, on épingle le dossard en vitesse, on jette nos sacs à la consigne et on part en courant en suivant la rubalise. Le soleil réchauffe l’atmosphère et je suis déjà en nage, me maudissant d’avoir encore sur moi 2 couches dont une d’hiver. Au bout de 20 mn d’efforts nous arrivons au départ, pour ma part en ébullition. Le speaker donne les dernières consignes pendant que nous nous prenons en photo, et bim c’est parti !
On décide de faire la course ensemble et après une petite hésitation (est-ce qu’on a bien bipé le départ ?) on courre de concert à travers sentiers et végétation. La lecture de carte se passe super bien, c’est facile, on rattrape et double des gens. Anne est en super forme, pour moi c’est plus difficile. Je bois beaucoup mais j’ai tellement chaud que je sens que je ne récupère pas bien. Ma sciatique me fait souffrir mais j’arrive à gérer en ne levant pas trop les genoux. Evidemment je vais m’entraver les pieds dans des ronces et chute, sans gravité. On se perd juste une fois, mauvaise lecture de carte. Heureusement une jeune fille nous indique précisément où nous sommes et nous pouvons repartir dans la bonne direction.
Et puis au bout d’1h30 de course, aux environs de la balise 9 ou 10 c’est le drame ! je suis stoppée net à cause de douleurs aigües dans les deux genoux. Ça m’est déjà arrivé par le passé et je sais que ça ne partira pas si je persiste. Je m’oblige à marcher pour tenter de calmer l’inflammation mais peine perdue la douleur revient au bout de quelques foulées, j’enrage.
A partir de maintenant ça va devenir galère, il nous reste environ 5 balises à trouver, de la distance, et je ne peux plus courir. Les descentes me prennent un temps fou, je dois marcher sans plier les genoux. Ça serait comique si je n’étais pas aussi furieuse. Anne persiste à vouloir rester avec moi, même si on n’avance plus. Oublié le bouclage du parcours en 2h, j’essaie de revérifier si je peux trottiner de temps en temps mais la douleur revient, implacable. Nous finirons le reste du parcours en marchant tranquillement (sinon Anne aurait été obligée de me porter) !
Au final nous aurons fait 14 kms en 2h28, mais nous avons gagné une bonne soupe de potiron, un joli cadeau (mini-balise) et de l’assurance pour les prochaines courses. Je tiens à dire qu’Anne a été une formidable co-équipière du début à la fin, merci pour son aide dans les moments difficiles.
L’année prochaine on remet ça, en meilleure forme pour ma part.

Cécile

Quelques photos :

20161120 1

 

20161120 2

 

20161120 3

 

Ce dimanche 25 septembre, neuf copsiens et copsiennes avaient fait le déplacement au parc de la Villette à Paris, pour deux courses au format sprint.

Que ce soit pour tenter de se qualifier pour le championnat de France, ou plus simplement pour arpenter de long en large et en toute décontraction ce lieu inédit, tous les participants du club étaient unanymes : Le traceur a fait honneur au site ! Les spécificités locales ont été bien exploitées : passerelles, canaux, escaliers droits ou en colimaçon, chemins tortueux, grandes aires de jeux, mobilier urbain ludique... et beaucoup de badauds pour ce premier week-end d'automne. Tant pis pour la pluie à la mi-journée : les allées se sont vidées des touristes et passants, laissant place aux orienteurs pour plus de spectacle.

Et pour une fois, aucun problème de cohabitation avec les chasseurs (de pokemon) !

Résultats pour le championnat régional de sprint :
25. Juliette
27. Hélène

10. Anne
12. Odile

32. Hugo
49. Nicolas
62. Michel
64. Frédéric

6. Clément


Résultats pour le challenge (étape 6) :
20. Hélène
33. Juliette
34. Odile
51. Anne

24. Hugo
58. Michel
68. Nicolas
85. Frédéric

17. Clément

 

COPS à la Villette

 

 

 

 

Cet été, Marie-Pierre s'est bien entrainée, au contraire de certains qui ont préféré buller les doigts de pied en éventail...

Après une recherche des courses de CO à proximité de nos lieux de vacances de cet été, infructueuse, j'opte pour une recherche de parcours permanent, histoire de ne pas être trop rouillée à la rentrée, ou au moins de réviser certaines choses version "devoirs de vacances CO".
J'ai déniché, sur internet, le doc de présentation de 5 parcours permanents aux Grands Murcins dans les monts dits de la Madeleine à 20 min de Roanne dans la Loire. J'en conviens, c'est moins parlant et attractif que l'Egypte, mais les monts de la Madeleine ça a son charme.
La veille, tentatives infructueuses, malgré l'aide de mon grand-père, pour agrandir la carte en A3. Je ferai avec une carte A4 bordée par les cases à poinçonner et un agrandissement partiel. Après avoir laissé Alixe avec mes grands-parents pour une après-midi jeux de société, me voilà partie pour tout d'abord me rendre à la ville dixit ma grand-mère, conscrite de la reine Elisabeth, mais là on s'égare, pour changer les 4 pneus de la voiture. Une fois cela fait, je gravis les monts de la Madeleine et arrive au site des Grands Murcins qui est au départ un site avec un arboretum. C'est joli, pentu et frisquet mais vue superbe sur la vallée de Roanne. Deux photos et une tentative de selfie ratée, me voilà partie sur le circuit bleu long et dès la 2nd balise problème, pas moyen de mettre la main dessus. La troisième approche sera la bonne mais que de temps perdu. Un problème d'interprétation des distances entre la carte et la réalité je pense. Les paysages sont magnifiques, les poteaux balises tout neufs et bien visibles. Il y a du dénivelé, des pins à revendre et de très beaux points de vue. 2h30 plus tard j'en termine en ayant croisé une biche et laissé deux balises, une trop loin pour respecter l'horaire du repas du soir et l'autre dans l'enceinte de l'arboretum qui était fermé en fin de circuit.
Un circuit de révision très mal débuté mais mieux fini, de très beaux paysages et très beau site avec 5 parcours permanents tout neufs. Il me reste encore 4 parcours pour les prochaines vacances à Fleury la Montagne. Histoire de s'occuper entre 2 repas de Noël et d'essayer de faire découvrir la CO à certains membres de la famille. Demain changement d'activités : parcours dans les arbres, bob luge et trottinette sur herbe. A quand de la CO à trottinette ?

Marie-Pierre

Quelques photos :

 

102

 

95

 

98

 

100

 

 

 

Découvrez les toutes dernières actus du COPS91 sur Facebookhttps://www.facebook.com/cops91orientation/

 

Récit de la course (et de son week-end plus globalement) par Fred :

La voiture étant à plat, je n’ai pas pu aller à l’entrainement.

Pendant que Madame allait changer les pneus de la voiture, j’ai samedi après-midi été courir sur Paris au buttes Chaumont par 25°C, 2 parcours de sprint avec beaucoup de relief, une lecture de carte difficile car l’impression était incorrecte. Le problème de la course, ne pas écraser les gens allongés sur les pelouses, ne pas renverser les promeneurs et leurs enfants, essayer d’être sur les photos de mariage.

Dimanche, je vais courir à Fontainebleau, il aurait fallu s’inscrire, j’ai donc fait le circuit loisir.
Le temps n’était plus celui de la veille, il pleuvait. Après la course, j’ai fait les 5 petits sprints style orient shows. Chaque parcours prenait de 1 :30 à 2 mn. Un PM pour ne pas avoir vu un inter-poste de 1 mètre. deux ronds accolés!!

Au retour, en haut de la côte descendant vers chez moi, l’embrayage me lâche. Je finis en roue libre jusqu’à 200 mètres de chez moi. Comme il pleut fort, j’appelle madame pour pousser la voiture.
La Picasso est lourde à pousser surtout dans les montées.

Lundi matin Madame a été au garage, plutôt que faire réparer, elle en a commandé une neuve.... On espère la livraison avant Orléans ! Sinon je viens sur le dos de Madame !!
Le Week-end prochain, je vais aller à la course à pied ou en vélo, cela reviendra moins cher !

Fred

Merci à Citroën !

 

Les résultats du COPS 91 :

Fred 6ème sur son circuit jaune (circuit loisir)

Odile 53ème sur le circuit Dame (problème au genou)

Marie-Pierre 59ème sur le circuit Dame

Alixe 25ème sur le circuit bleu

Nicolas 107ème sur le circuit Homme (problème au dos)

 

Retour sur les courses du week-end de Pâques d'Odile, au pays des escargots :

D’habitude, Pâques c’est en Alsace. Mais cette année, trop occupés à d’autres organisations, les clubs de la région ont « délégué » la chasse aux balises (même pas en chocolat) à la Bourgogne voisine.
Quelle chance ! plus proche de chez nous, Pâques en Bourgogne nous donnait l’occasion d’une virée, soit dans les Côtes de Nuits, soit dans la Vallée d’Ouche : entre les deux mon cœur balance …
Jusqu’à samedi, je pensais être la seule représentante du COPS mais, surprise, Fred était là avec Brigitte, en amoureux (et en gastronomes semble-t-il).
N’ayant pas pris de licence avec double surclassement comme les années précédentes (grâce aux parcours de couleur, merci la Fédé), j’ai dû cette fois me plier au règlement et courir les circuits H dédiés aux D60.

Etape 1 – tout à l’azimut sur un terrain à flanc de coteau. A peine 2 km de distance. Quand je termine, j’ai l’impression d’avoir à peine commencé : 28 mn, ça ne m’était jamais arrivé, et encore je n’ai vraiment pas forcé. J’aurais dû peut-être car je suis classée 5ème derrière deux Suissesses, une Belge et une Lithuanienne. Première French de la catégorie donc ! ça console un peu mais je garde surtout le goût de la frustration. D’autant que l’après-midi est très belle sous le soleil guilleret du jeune printemps.

Etape 2 – à peine plus longue que la veille et encore plus facile (on voit quasiment certaines balises d’un poste à l’autre …). Cette fois je suis 4ème, la Suisse toujours devant. Je me console en me faisant un entraînement improvisé sur la carte de la veille.

Etape 3 – enfin de quoi rire un peu : 4 km et un peu de dénivelée. Je cours autant que je peux mais fais deux erreurs, la première en acceptant l’avis de Ruth, une (autre) Suissesse qui courait dans les mêmes horaires que moi sur les trois étapes, en dépit de ma propre lecture de carte qui était pourtant la bonne ; la deuxième en me trompant tout simplement, faute de concentration. Dommage. Je considère avoir perdu environ 6 mn sur ces deux erreurs, c’est beaucoup, mais je me suis amusée.

Au final, je termine donc 5ème des D60, ce qui me fait penser que j’ai quand même dû progresser un peu ces dernières années. Y’a pas d’âge …

Odile

Merci à Odile et Fred d'avoir vaillamment défendu les couleurs du club  !