Les actus du COPS91

Alors l’équipe Turoom se met en 4
4 courses au programme ! Papi Turoom et toute son équipe de bénévoles frappent fort.
On en peut d’ores et déjà que les féliciter.
Les parcours seront, à n’en pas douter, fidèles aux fondamentaux du RAID28.
Courses natures, en partie nocturne, en équipe et en autonomie complète. Les parcours, qui sont nouveaux chaque année, sont tenus secrets jusqu’au moment du départ.
Ils comportent des passages obligatoires (points de contrôles – PC), des balises qui si elles ne sont pas pointées donnent des pénalités (balises vertes) ainsi que des balises non obligatoires qui donnent des bonus en temps (balises bleues).
Chaque équipe trace son chemin à partir d’un roadbook et de cartes à l’échelle 1/25000ème  remis au départ. Un certain nombre de spéciales, facultatives, dont certaines de type course d’orientation, permettent aux meilleures équipes de se départager.
Les lieux de départ sont en général révélés 7 jours avant la course.
Les épreuves se dérouleront dans la partie Sud Ouest de l'Ile de France. L'arrivée commune est à Bures sur Yvette.
Le jour de la course, chaque participant reçoit un petit cadeau et bénéficie du repas d’arrivée, du transport des consignes (pour les parcours longs), des douches chaudes (même ceux qui sont en toute fin d’épreuve) et des soins ostéo.
 
Des récompenses sont offertes aux meilleures équipes.
Après la course, chacun recevra le reportage vidéo en DVD.

Arrivée à Postojna, endroit fameux pour sa magnifique grotte.
Nous ne nous sommes pas privés d'aller la visiter un après-midi après la course.


Le Charme Slave (suite)

Les premiers jours ont quand même été marqués par quelques averses, notamment lors d’une de nos balades pour faire l’ascension d’un petit sommet dans le parc national de Risnjak. En principe il y a des nounours. Mais ils sont restés prudemment cachés à notre approche (peu discrète j’en conviens).

 

Damodile vient d’écrire un petit courriel à nos amis de l’ASMB CO. Je reprends ses propos :
« Cet été, nous étions en Croatie et en Slovénie : des terrains karstiques qui rappellent le Jura et des tracés techniques très intéressants + chaleur (au min 30°) = un bon début de tour d’Europe, l’occasion de voir de près la santé de notre continent politico-économique. Ces deux pays nous ont plu pour leurs paysages, leur climat, leur niveau de vie légèrement inférieur au nôtre (il faut faire des économies avant d’attaquer la Scandinavie) mais surtout une ambiance à la fois dynamique et bon enfant, agissante mais sans agressivité. Pas de dépaysement radical mais une agréable sérénité qui permet des vraies vacances dans la tête. Le charme slave probablement. On vous le conseille si vous ne le connaissez pas déjà. »

Je partage totalement son point de vue. Ce fut un séjour des plus agréables. Nous avons commencé par 5 jours en Croatie avec Blandine et Christian (alias cachou cachou). Nous sommes passés par l’Allemagne, l’Autriche et la Slovénie et les îles avant d’arriver à Delnice (plusieurs prononciations possibles en fonction du dialecte – exemple : Delnitzé ou Delnitché), lieu où se trouvait l’organisation.
Pour vous faire voyager, vous allez voir pas mal d'illustrations :


Bled en Slovénie où auront lieu les 5 jours d’orientation en 2013

Ou la suite des aventures de Blandine en VTT (c'est elle la narratrice ! Il ya des propos que je n'aurai pas tenu moi-même - signé KLOUG)
Besançon - Championnat de France 14 juillet - relais 15 juillet

Les 5 jours de Fontainebleau terminaient mercredi.

Jeudi, je découvre avec effroi que le parcours D45 ne fait que 11km (une broutille après les 5 jours de Fontainebleau) mais.... 300 m de dénivélées !!! jamais fait ça en vélo, c'est sûr. Alors pour imaginer ce que sont ces 300 m de grimpette, j'ai fait une sorte d'entrainement à vélo, sur route, vendredi dans le Jura. Une vingtaine de kilomètres et quelques centaines de mètres d'ascension. Bon c'était pas le Tourmalet mais l'expérience -douloureuse- a suffit à me déprimer définitivement jusqu'à samedi et quand je dis "déprimer", ce n'est franchement pas une blague et les trombes d'eau de vendredi soir ont achevé le peu d'envie que j'avais d'aller courir ce championnat de France !

Bon enfin, faut y aller quand même, je dois tenir un relais dimanche...

Ou les aventures de Blandine et son beau VTT tout neuf
Je reprends le petit mot qu'elle a mis sur O'News    -  KLOUG

Voilà que viennent de se terminer les 5 jours O'VTT en forêt de Fontainebleau .... Ca m'aurait plu, de lire les retours de ces 5 jours, de la part d'orienteurs plus aguerris que moi : c'était la quasi première fois que je faisais du VTT en général et du VTT O' en particulier et ... Je me suis parfois amusée mais pas tout le temps ! Habituée aux cartes de CO à pieds (même celles de raid au 1/20000), j'ai trouvé la carto peu détaillée et c'était frustrant de ne pas retrouver un objet particulier, un arbre remarquable ou encore un enorme rocher, comme points de repères : seuls les courbes de niveau, la végétation (et encore...) et les chemins ont de l'importance. C'est un peu sommaire mais enfin... J'ai pas aimé la boue (la pluie m'a heureusement épargnée 7h sur 7h37 de courses cumulées mais n'a pas épargné le terrain) ni le sable (même mouillé, ce n'est pas cyclable pour le commun des mortels), mais après enquête, il semble que ça ne réjouisse que les nostalgiques de la petite enfance ... J'ai failli pas aimé les fougères qui cachaient les chemins plus facilement cyclables que les gros chemins ensablés.

La curiosité du système a fait que mes trois moyennes distances étaient plus longues (en tout : dénivelé, distance, nombre de balises, durée) que la LD de mardi, puisque les catégories étaient plus différenciées sur la LD....

Je n'aurais pas aimé la double carte de la LD : deux fois la même, donc retour aux mêmes montagnettes chercher d'autres balises, différentes du premier passage (encore heureux) , beuh ! Mais j'ai aimé la double carte du dernier jour, ajoutant une sorte de sprint (carte au 1/5000) à la MD (1/15000) : vraiment sympa !

Dimanche soir , après avoir pataugé dans la boue et monté et descendu deux fois le même chemin que je ne prendrais même pas à pieds (non non je ne m'étais pas trompée !), je me disais que la CO à VTT c'était "un peu bourrin" : il suffisait de pédaler vite et de n'avoir peur de rien , pour être bon.

Les courses suivantes m'ont fait réviser ce jugement : il y avait des pièges, des postes techniques, des vrais choix d'itinéraires

Bon, globalement, ça m'a plu mais j'aimerais avoir d'autres commentaires ....

Elle a eu des commenatires ensuite