Ca y est le mois de février est passé et dès le début de ce mois de mars, les orienteurs ont remis leurs chaussures à picots pour le Championnat de Ligue Île-de-France de Moyenne Distance. Rendez-vous pour nos représentants du COPS, Nico et Hugo, sur une carte qu'ils connaissent puisque c'est celle des Championnats de France de Moyenne Distance qu'ils avaient co-organisé en 2018 aux étangs de Hollande. Mais cette fois-ci, pas question de rester à la buvette toute la journée ! Il faut se lancer sur cette carte toute plate, mais avec beaucoup de fossés à enjamber. Récits de leurs courses par Hugo puis Nico :

Il a plu tout la veille, mais une éclaircie s'est maintenue lors de la course puis la pluie a repris ses droits dès la ligne d'arrivée franchie ! Ca promettait une carte bien mouillée, surtout qu'il y a très peu de dénivelé et beaucoup de parcelles striées par des réseaux de fossés.

Je m'élance pour 6,6 km et 27 postes à trouver. On rentre directement dans le vif du sujet avec les premières balises qui sont justement sur des fossés. Il ne faut pas se tromper dans le réseau complexe et trouver le bon qui nous amène directement à la balise. J'enchaîne les parcelles de forêts exploitées, à courir dans les layons. Heureusement, mon itinéraire prend très peu les chemins : avec les précipitations abondantes et les dizaines de coureurs qui sont passés avant moi, les chemins sont des bains de boue, c'est un coup à perdre sa chaussure. Courir dans la forêt est souvent plus rapide que d'emprunter les chemins. Je continue mon périple dans les fossés et les layons avec un rythme convenable, si on prend en compte le fait que je n'ai pas couru depuis un mois.

À la 13, je me trompe de layon et perd quelques secondes à faire demi-tour, un concurrent de l'OPA Montigny me rattrape.

J'arrive à élever légèrement mon allure de course pour me maintenir à sa hauteur, tantôt devant, tantôt derrière selon les choix d'itinéraire. Nous faisons ensemble un groupe d'une dizaine de balises particulièrement rapprochées. Lors d'un interposte légèrement plus long, il arrive finalement à me semer, je commence à accuser le coup du manque d'entraînement ! Je fais aussi quelques imprécisions sur les sorties de postes. Heureusement, j'arrive bientôt à la fin : encore quelques fossés, quelques layons, quelques flaques transformées en étangs et quelques chemins transformés en ruisseaux de boue. Les chaussures sont gorgées d'eau dans le sprint final.

Je finis très satisfait d'une course très propre en 50'47” et à la 13e place sur 34 partants. Le dénivelé de 30 m indiqué au début de la course ne tenait sûrement pas compte de tous les bonds qu'il fallait faire pour enjamber les fossés !
Hugo

 

Je m'élance pour 5,4km à vol d'oiseau et 21 balises à trouver sur une carte que je ne connais pas très bien puisqu'il y a deux ans, pour le championnat de France, j'étais bénévole (poseur et signaleur). La première surprise est que je rentre bien dans la carte. Le dédale de fossés inondés se négocie bien avec de grandes jambes. La deuxième surprise c'est que, de retour des Alpes avec des globules rouges de kenyan, ma nouvelle montre Polar (bye bye Garmin qui ne connait pas la C.O.) m'indique que je ne suis pas au maximum de ma fréquence cardiaque : Tout baigne.

Seul pendant la première moitié du circuit, je ne fais qu'une erreur : je trouve le poste 5 avant le 4. Du coup, une fois le poste 4 trouvé, je retourne au poste 5 les yeux fermés et signe le meilleur temps sur cet interposte. On a vu pire comme erreur !

Je suis rejoint sur la deuxième moitié du circuit, car j'aborde un secteur à layons dont j'appréhende la traversée et où je ralentis pour ne pas me tromper dans mon comptage. Cela paie puisque j'emmène la chasse pendant tout ce secteur sans commettre d'erreur. Une fois les layons passés, ça pousse derrière, les chevaux sont lachés. Comme aujourd'hui j'ai les jambes aussi, j'arrive à m'accrocher jusqu'à la fin, ce n'est pas le dernier réseau de fossés inondés qui pourra me freiner.

Je finis 9ème sur 21 dans ma catégorie d'âge (et 5ème francilien), 12ème si on ajoute les jeunes de 18ans qui couraient sur le même circuit, et le tout en moins d'une heure. C'était un super tracé, sans difficulté physique, tout dans l'orientation. Les chaussures n'ont pas aimé, surtout avec la balise isolée au milieu d'une mare. Différence de style dans la zone où les partants croisent les arrivants : Les premiers font des petits bonds au dessus des flaques et gardent les pieds au sec en zigzagant dans les chemins. Les seconds fendent gaiement les flaques et descendent dans les fossés :)
Nico

 

 

Résultats du Championnat de ligue

Classement Copsien(ne) Temps Catégorie
9/21 Nicolas CONSTANT 47:22 H40
13/36 Hugo JAEGLER 50:47 H21

 

Plus de détails sur le site de l'organisateur