Hélène et Michel sont présents cette semaine aux championnats du monde 2019, dans le sud-est de la Norvège. Hélène nous raconte sa première course norvégienne :

 

Une 1ère course en Norvège : Moyenne Distance à Mørk

Comme toute 1ère course sur un terrain inconnu, il faut s'imprégner la cartographie locale et oublier la cartographie française ; cela peut prendre du temps. Puis, lorsque l'on est subjugué par la beauté du paysage, on peut vite se laisser hypnotiser. Si bien que le résultat sportif n'est pas une fin en soi.

 

Analyse de la course MD :

Départ-1 : heureusement que la zone dégagée est significative, elle m'a permis de me relocaliser rapidement.

 

2-3 : merci au ruisseau pour m'apercevoir de ma dérive.

 

4-5 :

 

5-6 : ma traversée dans le marais pour aller de la 4 à la 5 m'a tellement impressionnée que je suis allée à la 6 de visu en me calant à la petite colline dans le marais mais…sans regarder la carte, le saut par-dessus le ruisseau ne me gêne pas et l'absence du sentier et le bain de pieds en partant ne m'interpellent pas, ainsi que le numéro de poste 159 au lieu de 158. Tout cela pour découvrir au vidage de l'Emit (nom de la puce des nordiques) : PM !

Le pire dans tout cela, si on en croit la trace GPS, je suis passée au poste 6 (158), mais je n'ai rien vu ( ou je ne m'en souviens pas !), pourtant j'ai tendance à regarder tous les numéros devant lesquels je passe .

 

6-7 : après une grosse zone dégagée vers le ciel, je rentre dans la forêt pensant être à la tâche jaune sous le 7, et bien raté, je comprends vite lors de mon 2ème « sommet » que je suis beaucoup trop proche de l'étang-marais. Malgré une prise d'azimut à la sortie du marais, j'ai continué la découverte des terrains scandinaves.

 

7-8 : alors que j'étais plutôt contente ce long inter-poste, je ne sais pas quelle mouche m'a piqué pour longer le ruisseau, (peut-être avais-je chaud aux pieds ?)

 

9-10 : le pompon rose, arrivée à 100m du poste 10, je vois une voiture passer, puis j'arrive sur une route, j'hallucine et je re-rentre dans la forêt. Après un long moment d'errance dans cet agréable environnement, je comprends que le trait noir épais est en fait la route.

 

Bref, il faudra retenir :

- une forêt très agréable, sol moelleux avec mousse, bruyère, myrtilles formant des petits monticules entre lesquelles les chevilles se musclent et rendant difficile le maintien du cap.

- une carte très peu détaillée, ce qui fait perdre ses habitudes de navigation.

- des traversées de marais rafraîchissant les pieds

J'essaierai de me concentrer un peu plus la prochaine fois…

 

Résultats de la Moyenne Distance

Classement Copsien(ne) Temps Catégorie
39/41 Michel EDIAR 1:33:45 H45
  Hélène EDIAR PM D40

 

 

Plus de détails sur le site de l'organisateur