Grand rendez-vous national ce week-end du 22 et 23 juin avec deux courses organisées en Gironde, au bord de l'Atlantique. C'était une grande découverte pour nos cinq courageux COPSiens qui n'avaient presque tous jamais couru sur ce type de terrain : des forêts de pins, des dunes, et des micro-reliefs. Et une chaleur pré-caniculaire pour corser le tout. Est-ce que Hélène, Anne, Alain, Nico et Hugo se sont enlisés dans le sable ou ont-ils triomphé de la lecture fine de la carte ? Récit de ces deux jours en Gironde par Hugo.

La Gironde, c'est la Dune du Pilat, les huîtres du bassin d'Arcachon, le surf sur les rouleaux de l'Atlantique. Mais ce week-end, c'était aussi les courses Nationales Sud-Ouest organisées par le CD 33 à Lège-Cap Ferret, à 500 m de la plage du Grand Crohot ! On nous avait promis du soleil et des superbes courses et nous n'avons pas été déçus.

La première course, le samedi après-midi, était une moyenne distance dans une forêt de pins très dégagée et quelques passages dans les dunes. Mais surtout beaucoup de micro-reliefs, c'est-à-dire, des légers mouvements de terrains qui nécessitent une lecture très précise de la carte pour ne pas se tromper de buttes, de rentrants ou de dépressions. Cela va jouer des tours à beaucoup de COPSiens qui n'ont pas l'habitude de ce type de relief et moi le premier, puisque je mets presque 25' à trouver ma première balise ! A la frontière entre les dunes et la forêt, derrière un arbre mort caché après une butte, mais avant une dépression, j'ai jardiné très longtemps avant de la trouver. Le reste de la course se déroule tant bien que mal, en essayant de comprendre comment lire la carte. Les parties en forêt se négocient beaucoup mieux que les parties dans les dunes. Avec le sable, les chemins marqués sur la carte ne se distinguent pas des traces laissées par les autres coureurs. Je termine tout de même mon circuit (!) en 1h25 à une lointaine 21e place sur 24. Pour les autres COPSiens, moins de grosses boulettes, mais quelques imprécisions sur les azimuts ou sur la lecture de carte qui font perdre quelques minutes. Anne termine en 1h 28 (21/25), Hélène finie en 1h09 (12/21) et Nico boucle son circuit en 1h06 (20/40). Enfin Alain avait un départ très tard et après 9 balises en plus de 2h, il se fait rattraper par la patrouille des déposeurs qui enlèvent les balises. Il est donc hors-délai pour cette course et sort de la forêt après 2h30 de course.

Après toutes ces émotions, nous avions bien mérité un peu de repos sur la plage, une petite baignade dans l'océan pour la récupération en mode cryothérapie suivi d'un apéro les pieds dans le sable. Puis il est temps de rentrer, demain on remet ça !

Effectivement, le lendemain, on prend la carte de l'autre côté de la route et on remet ça. Mais cette fois, c'est une longue distance. Le terrain est exactement le même que la veille. La seule différence est la présence de quelques pare-feux ensablés qui traversent la carte. C'est une superbe main courante pour la navigation, mais extrêmement compliqué physiquement et psychologiquement. Plusieurs options sont alors possibles : privilégier la sécurité mais une course épuisante dans le sable, ou prendre les layons en forêt où la course est plus simple, mais moins directe. Les COPSiens tentent de mettre en application les leçons de la veille et s'en sortent plus ou moins bien. Hélène s'en tire particulièrement bien et met 2h15 pour terminer son parcours (5/17), malgré les longs interpostes qui minent le moral à la fin de la course. Pour ma part, je fais une course assez propre, excepté la première balise (décidément). Malheureusement, je souffre d'ampoules aux pieds qui m'obligent à marcher dans les montées ou les dévers. Je termine en 2h25 (7/15). Pour Nico, quelques difficultés sur quelques balises et des passages dans le sable particulièrement pénibles impliquent un temps de course de 2h43 (25/37). Pour Alain, malgré presque 50' pour un poste, l'objectif de finir la course est atteint en 2h55 (67/69). Enfin, puisque le COPS91 a une réputation à entretenir, cette fois c'est Anne qui va aider l'équipe de dépose à enlever les balises. Elle rentre après plus de 3h30 passées en forêt. Un conseil aux amis organisateurs : ne faites plus partir quelqu'un du COPS dans les derniers, nous sommes les champions de fermeture des circuits.

En conclusion, nous avons beaucoup appris ce week-end, nous avons pas mal soufferts physiquement et mentalement, mais nous reviendrons tous en Gironde si l'occasion se représente.

 

Résultats de la Moyenne Distance du samedi après-midi :

Classement Copsien(ne) Temps Catégorie
12/20 Hélène EDIAR 1:09:09 D40
20/39 Nicolas CONSTANT 1:06:40 H40
21/24 Hugo JAEGLER 1:25:42 H21E
21/24 Anne CROUSSE 1:28:17 D45
  Alain CARLIER PM H70

 

 

Résultats de la Longue Distance du dimanche matin :

Classement Copsien(ne) Temps Catégorie
5/17 Hélène EDIAR 2:15:00 D40
7/15 Hugo JAEGLER 2:25:28 H21A
17/17 Alain CARLIER 2:55:10 H70
25/37 Nicolas CONSTANT 2:43:05 H40
  Anne CROUSSE PM D45

 

 

Plus de détails sur le site de l'organisateur