Autre date importante de cette fin avril : notre co-organisation du Championnat de France 2018 de Moyenne Distance. Kloug nous raconte sa journée à l'atelier Départ :

 

C'était la première co organisation de l’année 2018 avec les clubs de l’AS IGN, du RO Paris et du GO78.
Avec un cadre digne des rois (de la CO) puisque créé par Louis XIV : les étangs de Hollande.

Etang n

 

Toute cette eau allait à Versailles pour alimenter les fontaines. Pour donner un chiffre, il y a une déclivité de 24 cm par kilomètre.


Et pour illustrer tout ce réseau, voici un plan réalisé par le syndicat mixte d'aménagement et de gestion des étangs et rigoles, notre partenaire :

yv fdt 3 plan smager
Versailles est en haut et à droite de la carte.


Louis XIV ayant la folie des grandeurs avait même voulu détourner l'Eure ! Les adeptes du raid28 se souviennent de l'acqueduc de Maintenon, destiné à cette fonction. Et ci-dessous une carte plus ancienne comprenant notre bon plateau de Saclay. Pour les promeneurs, vous avez de très belles bornes avec les armoiries royales autour de Saclay.

rigolesVersailles

 

 

Revenons à ce championnat de France, avec des petits décors louiquatorzième pour notre atelier :

roisoleil

 

COPS 91 avait en charge les ateliers départ 1 et arrivée. Plus notre Nico qui s’est retrouvé esseulé à un poste de contrôle de route. On comprend qu’il n’ait guère apprécié sa journée. On mettra un mot là-dessus. J’aurai été pareil.

Quelques-uns d’entre nous étaient affectés à la pose des balises. Les premiers sont arrivés à 7 heures. Démarrage pour monter l’aréna pour l’arrivée.
Puis les poulettos sont arrivés au fur et à mesure. Pour les poseurs briefing auprès du traceur, alias El présidente !

Poseurs

Moi j’avais gagné le jalonné et 4 balises.

Concernant ce point j’avais trouvé lors de la reco que la carte ne correspondait pas au terrain et que le poste 1 en particulier n’était pas dans l’axe du fossé.
Le contrôleur des circuits, Bruno MARCHEGAY, a d’ailleurs rectifié avec Michel le jalonnement et la pose de cette première balise. Ils ont aussi enlevé la 4.
C’est là où les poseurs ont eu le plaisir de servir de petit déjeuner aux moustiques. Le beau temps les avait fait sortir en myriades. Ouille ! Aie ! Ouhlala !

Retour vers 9 h 30 et l’équipe de l’atelier, qui avait déchargé la voiture pour amener le matériel sur la digue, commence le montage.
Je tiens à féliciter les membres de mon atelier départ qui ont fait preuve du plus grand sérieux dans la bonne humeur.

Atelier1 1

Atelier1 2

Ce n’était rien de trop ! Le barnum, les tables, le banc, les cartes, les définitions, toute la signalétique, les horloges, tout était prêt à 11 h 40 pour un départ à midi ! Quel timming ! Dans l’équipe nous avons réparti les postes :

Fred était l’aboyeur en chef pour les heures de départ.

Fred

 

Alixe et Nathalie s’occupaient du pointage des concurrentes et concurrents.

NathalieAlixeBruno

 

Dans l’atelier départ 1 nous avions les jeunes (moins de 17 ans), les plus âgés (dames au-dessus de 55 et messieurs au-dessus de 65).
Marie-Pierre allait gérer les circuits initiations et le jalonné justement.

Je m’occupais de la distribution des définitions en orientant les participants sur leurs boîtes puis caisses de cartes.

Atelier1 4

 

Hugo et Nicolas Cochet étaient à la préparation des cartes.

Atelier1 5

 

Démarrage 12 h avec les sélectionnés du championnat de France ! Attention c’est du sérieux. Nous avons eu des concurrents jusqu’à 14 h 10.
Dans l’ensemble tout le monde a été très agréable

Deux points quand même à signaler venant de la part des concurrents.
Deux grincheux chez les vieux (et vieille aussi) qui participaient au championnat du monde de leur rue, voire de leur escalier d'immeuble. Il ne faudrait pas qu’ils oublient que ce n’est que du sport et qu’un titre à leur âge, ne leur servira guère. Dans 10 ans on ne s’en souviendra même pas. Désolé d’être un peu vindicatif, mais il faut remettre les choses dans de justes proportions.

Et certains ados qui ont quand même du mal à dire : Bonjour !
La concentration n'excuse pas l’impolitesse.
Là aussi il faut que les choses soient dites (que ça plaise ou pas).
Et ayant la détestable habitude de ne pas utiliser la langue de bois, c'est comme ça.

Ce qui nous a permis d’avoir une pose jusqu’à 15 h démarrage de la régionale.
Il y en a un d’ailleurs qui a joué le dormeur du Val :

hugodormeurVal

Je ne résiste pas au plaisir de mettre les vers de Rimbaud en les changeant un peu, notamment pour la fin du poème.

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un coureur jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les pâquerettes, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant heureux, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il est bien.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille.

Quelques petites modifications dans l’équipe avec une demoiselle du RO Paris à la place de Nicolas Cochet et nous entamions la fin avec des concurrents jusqu’à 17 h 40.

Le délégué qui est venu nous voir notamment pour la partie championnat de France, Bruno MERCIER, nous a remerciés d'avoir eu un atelier agréable à gérer. Que tout s’était très bien passé et que nous avions été pros.
Ça fait toujours plaisir.

Brigitte a fait un petit mot pour l’atelier arrivée :
En effet très beau weekend, dont aurait préféré ne pas le partager avec les moustiques (non compétiteurs, mais présent en masse, et très consommateur de "nourriture humaine").
Je tiens aussi à remercier les personnes tous clubs confondus, qui ont galéré pour approvisionner le stand en eau le samedi. Sans eux nous aurions fait beaucoup de mécontents.

Après une petite réunion du bureau du club après cette course, il était évident qu’il y a eu de gros problèmes d’approvisionnement en eau.

Encore ma détestable habitude de dire les choses.
Il a fallu en particulier à Hélène et Aubéry des trésors d’imagination et de petits bras musclés pour aller chercher de l’eau à deux kilomètres de là, avec l'aide de Nicolas Cochet qui passait par là. A noter aussi qu’un grand gaillard de RO Paris a joué des jambes et des bras, avec un diable pour seul moyen de transport, pour aller chercher l’eau.

Et Nicolas n’était pas trop ravi non plus sur concernant la gestion des signaleurs par ROP/AS IGN.
Il a aussi remarqué que des coureurs d’un club organisateur ont couru en open.

J’ajoute qu’ils auraient été très utiles à l’atelier arrivée.

Kloug de France