VO²3D – Le 13 septembre 2015 en forêt de Montmorency, secteur Sapins Brûlés

 

Par Fred et Odile

 

Après un samedi consacré à la CO à VTT, une longue distance faite en plus de 2 heures, les News du Cops91 annonçant un entrainement de l’ASMBCO, je planifie de m’y rendre. Comme je ne trouve pas sur leur site : « où est l’entrainement ?», je pose la question à leur président, Tristan répond :

« Quel entrainement ? ». Dépité, je prévois une grâce matinée et salle de sport. Vers 9H00, je ne sais pas pourquoi, je regarde le planning des courses de la ligue ; il y a une course la VO²3D dans le Val d’Oise organisée par Beauchamp !!! Cela tombe bien, je m’étais inscris en juillet à la course au score de 2 heures 45 postes, j’avais même payé à l’avance et gagnant ainsi un sandwich à l’arrivée. Je rassemble mes affaires, je saute dans la voiture et j’y vais. Le GPS annonce une heure probable d’arrivée à 10:25, mon départ en masse est à 10:30. Je me gare comme je peux, je saute de la voiture et j’arrive à l’accueil à 10H27, j’ai donc largement le temps de prendre la puce haute capacité louée, d’acheter une pomme, d’apprendre que la course ne fait pas 2 Heures, mais 2H30, de prendre ma carte et de me lancer avec tout le monde. Au décompte des dernières secondes, une pluie drue s’invite, elle nous accompegnera tout le long de la course. Je m’élance donc en T-shirt, la pomme dans une main, la carte de l’autre ; en courant, je défini une stratégie de course et je mange ma pomme. Je remarque que les autres coureurs sont partis nettement plus couvert, avec un Camel back et du ravitaillement. J’enchaine les premiers postes à flanc suivant des coureurs plus véloces. Je fais ensuite quelques postes avec Alain de l’US Melun, puis je le perds. Un des postes comporte un ravitaillement, je bois une bouteille d’eau, je prends une tranche de pain d’épice dans une main, une poignée de raisins secs dans l’autre, puis j’enchaîne les postes du flanc nord. Une dizaine de poste plus loin, nouveau ravitaillement, à nouveau je prends une tranche de pain d’épice dans une main, une poignée de raisins secs dans l’autre. Je finis par les postes du plateau en m’apercevant que le derniers postes qu’ils me restent sont assez dispersés. Et au bout de 2 heures 04 minutes 34 secondes je passe la ligne d’arrivée. Sans optimiser mon parcourt, je fais 4eme à 14 minutes du vainqueur: Frédéric Montagard. Après une demi-heure de discussion, un sandwich, une autre pomme et 2 crêpes (sans Nutella, ni crème de marron), la pluie drue finie   par s’arrêter, je retourne à la voiture, aie, ses phares sont allumés. Au tour de contact, le démarreur ne s’enclenche pas. Est-ce la Batterie ou la pompe de diesel comme lors de mon entretien d’embauche du mois dernier? Optimiste, je joue la batterie, je rassemble 3 coureurs pour pousser qui voyant l’état de l’accotement où je suis garé préfère que je sorte les cordons de dépannage. Même si c’est la première fois que j’utilise ces câbles pour me démarrer, je les ai déjà utilisés pour démarrer plusieurs autres voitures. On connecte les câbles à une seconde voiture, j’essai et rien ne se passe, mais    alors vraiment rien, par acquis de conscience, on fait l’essai une dizaine de fois, sans plus d’effets, nada, rien de chez rien. Cela ne doit donc pas être la batterie ! J’appelle mon assurance zéro    tracas (pour la 4 fois en un mois, au bout de 25 ans d’assurance, les opportunités de contacts avec elle s’enchainent). Le dépanneur va arriver. Je rassemble mes affaires, je ne trouve plus mon second gant de VTT, Encore un gant de perdu ou égaré! sacré Fred. En attentant, le dépanneur, je retourne à l’accueil, je reprends des crêpes, j’aide l’AC Beauchamp à remballer, j’ai le droit à 2 autres sandwiches gratuits. Le dépanneur arrive et essaye avec sa batterie portative et ça marche. Moralité mes câbles sont trop fins et trop longs pour mon Picasso, ils ne peuvent que démarrer que des petites voitures. Je finis donc par rentrer à 16H00, je prends ma douche, et en me déshabillant je retrouve mon gant. C’était un dimanche standard de Fred.

-- Fred

 

La VO²3D est une des courses au score, avec la 77 (qui aura lieu le 20/12/15), qui proposent une CO longue dans la région parisienne : 3h30 pour le Diabolique, 2h30 pour la Diplomate et la Découverte. Moins technique que la 77, vu la configuration des forêts du nord de Paris. Nous étions deux COPS : moi très en avance, et Fred presque en retard. La pluie, elle, était pile à l’heure du départ de la Diplomate, à 10h30. Deux heures et demi de trombes d’eau ()les Diaboliques, partis une heure avant, ont bénéficié d’une presque accalmie avant le déluge). Les averses ont naturellement cessé peu après 13h00, limite du temps imparti. Les sapins avaient fini de brûler depuis longtemps. Un bon entraînement physique, donc, plutôt que technique. Mais n’en avons-nous pas besoin aussi ? Aucune féminine n’a pu prendre tous les postes de la Diplomate mais les 7 premiers hommes les ont tous raflés, y compris Fred qui manque le podium de 6 mn, un quart d’heure après un autre Fred, Montagard de l’ASMBCO qui remporte la première place. Je ne suis pas trop ridicule avec une 8ème place sur 16 partantes et 31 balises.

L’ERREUR DU JOUR

Si seulement ma visière s’était trouvée sur ma tête plutôt qu’au chaud dans un tiroir … La pluie sur les lunettes, dans la forêt assombrie, c’est une vision limitée aux gros chemins. J’ai même dû renoncer délibérément à des postes pour cette raison. Rageant.

-- Odile

 

 

LES RESULTATS du COPS91 : http://www.acbeauchamp-orientation.net/index.php?option=com_content&view=article&id=74&Itemid=68

Après un samedi consacré à la CO à VTT, une longue distance faite en plus de 2 heures, les News du Cops91 annonçant un entrainement de l’ASMBCO, je planifie de m’y rendre. Comme je ne trouve pas sur leur site : « où est l’entrainement ?», je pose la question à leur président, Tristan répond « Quel entrainement ? ». Dépité, je prévois une grâce matinée et salle de sport. Vers 9H00, je ne sais pas pourquoi, je regarde le planning des courses de la ligue ; il y a une course la VO²3D dans le Val d’Oise organisée par Beauchamp !!! Cela tombe bien, je m’étais inscris en juillet à la course au score de 2 heures 45 postes, j’avais même payé à l’avance et gagnant ainsi un sandwich à l’arrivée. Je rassemble mes affaires, je saute dans la voiture et j’y vais. Le GPS annonce une heure probable d’arrivée à 10:25, mon départ en masse est à 10:30. Je me gare comme je peux, je saute de la voiture et j’arrive à l’accueil à 10H27, j’ai donc largement le temps de prendre la puce haute capacité louée, d’acheter une pomme, d’apprendre que la course ne fait pas 2 Heures, mais 2H30, de prendre ma carte et de me lancer avec tout le monde. Au décompte des dernières secondes, une pluie drue s’invite, elle nous accompegnera tout le long de la course. Je m’élance donc en T-shirt, la pomme dans une main, la carte de l’autre ; en courant, je défini une stratégie de course et je mange ma pomme. Je remarque que les autres coureurs sont partis nettement plus couvert, avec un Camel back et du ravitaillement. J’enchaine les premiers postes à flanc suivant des coureurs plus véloces. Je fais ensuite quelques postes avec Alain de l’US Melun, puis je le perds. Un des postes comporte un ravitaillement, je bois une bouteille d’eau, je prends une tranche de pain d’épice dans une main, une poignée de raisins secs dans l’autre, puis j’enchaîne les postes du flanc nord. Une dizaine de poste plus loin, nouveau ravitaillement, à nouveau je prends une tranche de pain d’épice dans une main, une poignée de raisins secs dans l’autre. Je finis par les postes du plateau en m’apercevant que le derniers postes qu’ils me restent sont assez dispersés. Et au bout de 2 heures 04 minutes 34 secondes je passe la ligne d’arrivée. Sans optimiser mon parcourt, je fais 4eme à 14 minutes du vainqueur: Frédéric Montagard. Après une demi-heure de discussion, un sandwich, une autre pomme et 2 crêpes (sans Nutella, ni crème de marron), la pluie drue finie   par s’arrêter, je retourne à la voiture, aie, ses phares sont allumés. Au tour de contact, le démarreur ne s’enclenche pas. Est-ce la Batterie ou la pompe de diesel comme lors de mon entretien d’embauche du mois dernier? Optimiste, je joue la batterie, je rassemble 3 coureurs pour pousser qui voyant l’état de l’accotement où je suis garé préfère que je sorte les cordons de dépannage. Même si c’est la première fois que j’utilise ces câbles pour me démarrer, je les ai déjà utilisés pour démarrer plusieurs autres voitures. On connecte les câbles à une seconde voiture, j’essai et rien ne se passe, mais    alors vraiment rien, par acquis de conscience, on fait l’essai une dizaine de fois, sans plus d’effets, nada, rien de chez rien. Cela ne doit donc pas être la batterie ! J’appelle mon assurance zéro    tracas (pour la 4 fois en un mois, au bout de 25 ans d’assurance, les opportunités de contacts avec elle s’enchainent). Le dépanneur va arriver. Je rassemble mes affaires, je ne trouve plus mon second gant de VTT, Encore un gant de perdu ou égaré! sacré Fred. En attentant, le dépanneur, je retourne à l’accueil, je reprends des crêpes, j’aide l’AC Beauchamp à remballer, j’ai le droit à 2 autres sandwiches gratuits. Le dépanneur arrive et essaye avec sa batterie portative et ça marche. Moralité mes câbles sont trop fins et trop longs pour mon Picasso, ils ne peuvent que démarrer que des petites voitures. Je finis donc par rentrer à 16H00, je prends ma douche, et en me déshabillant je retrouve mon gant. C’était un dimanche standard de Fred.